Allemagne


Proclamation du Deuxième Reich

[Au lendemain de la victoire sur la France, le roi de Prusse, au nom de la Confédération de l'Allemagne du Nord, conclut le 15 novembre 1870 des traités qui étendent celle-ci à la partie méridionale de la Hesse et au grand-duché de Bade. Le 23 novembre un traité est conclu avec la Bavière, et le 25 novembre avec le Wurtemberg. Ces traités stipulent les amendements à la Constitution de l'Allemagne du Nord, qui redevient alors la Confédération germanique ; ils sont acceptés par le Reichstag le 9 décembre.
Le 6 décembre, le roi de Bavière, Louis II, a adressé au roi de Saxe une lettre proposant que le roi de Prusse prenne le titre d'empereur. Le 10 décembre, le Bundesrat approuve la démarche et propose que la confédération élargie prenne le titre d'Empire [Reich], décision aussitôt acceptée par le Reichstag. L'Empire est proclamé à Versailles le 18 janvier 1871. La Constitution de 1867 est alors amendée pour devenir la Constitution impériale.
On notera que, selon les traductions, l'adjectif deutsche est traduit par « germanique » ou par « allemand ». Le Saint-Empire était toujours germanique, ainsi que la confédération de 1815. Pour l'Empire de 1871, on passe souvent à « allemand » et même « d'Allemagne ».

Message adressé au nom du Conseil fédéral au Reichstag de la confédération de l'Allemagne du Nord

Berlin, le 10 décembre 1870

J'ai l'honneur de vous annoncer que le Conseil fédéral de la Confédération de l'Allemagne du Nord, après s'être entendu avec les gouvernements de la Bavière, du Wurtemberg, de Bade et de Hesse, a décidé de proposer au Reichstag les modifications suivantes de la Constitution de la confédération germanique :

1° Remplacer l'en-tête actuel de la Constitution par ces mots : Cette confédération portera le titre d'Empire germanique.
2° le premier alinéa de l'article 11 a la teneur suivante : La présidence de la Confédération appartient au roi de Prusse, qui porte le titre d'empereur germanique [Deutscher Kaiser]. L'empereur représente l'empire au dehors, il déclare la guerre ou fait la paix au nom de l'empire, il a le droit de conclure avec les États étrangers des alliances, ainsi que d'accréditer et de recevoir des ambassadeurs.


Adresse au roi de Prusse

[Adresse votée dans la séance du 10 décembre du Reichstag par 188 voix contre 6.]

Très-haut, très ­puissant et très gracieux Roi !

A l'appel de votre Majesté, le peuple s'est réuni autour de ses chefs et il est allé défendre sur le sol étranger, avec un courage héroïque, la patrie criminellement provoquée. La guerre exige d'incalculables sacrifices ; mais la douleur profonde que fait éprouver la perte de nos vaillants fils n'ébranle pas la ferme volonté de la nation, qui ne déposera pas les armes avant que la paix ne soit garantie par des frontières assurées contre les attaques réitérées d'un voisin jaloux.

Grâce aux victoires auxquelles Votre Majesté a conduit les armées allemandes fidèlement unies par la fraternité d'armes, la nation voit arriver le jour d'une union durable.

Le Parlement de la Confédération du Nord se joint aux princes de l'Allemagne du Sud pour demander à Votre Majesté qu'il lui plaise de consacrer l'oeuvre d'union, en acceptant la couronne d'empereur germanique.

La couronne allemande, sur la tête de Votre Majesté, inaugurera pour l'empire d'Allemagne restauré des jours de puissance, de paix, de bien-être et de liberté garantie par la protection des lois.

La patrie exprime sa reconnaissance au chef et à la glorieuse armée à la tête de laquelle Votre Majesté se trouve encore aujourd'hui sur le champ de bataille témoin de nos victoires. La nation n'oubliera jamais le dévouement et les exploits de ses fils. Puisse-t-il être bientôt donné au peuple de voir l'Empereur couronné par la gloire, rendre la paix à la nation ! L'Allemagne unie a marché dans la guerre puissante et victorieuse sous la conduite de ses hauts chefs ; l'empire germanique uni sera puissant et pacifique sous son empereur.


Pour obtenir davantage d'informations sur le pays et sur le texte ci-dessus,
voyez la fiche Allemagne.