Géorgie


Déclaration d'indépendance.

(26 mai 1918)

    La Géorgie, placée sous l'autorité de la Russie depuis 1801, proclame son indépendance en 1918, à la faveur de la Révolution russe et de l'invasion allemande. Toutefois, la Géorgie doit céder à l'Empire ottoman les territoires peuplés de minorités musulmanes. Une Assemblée constituante est réunie en 1919 et approuve une Constitution le 22 février 1921. Mais, entre temps, les Allemands ont perdu la guerre et les autorités communistes russes ont pris l'offensive en vue de reconquérir le Caucase. Dès le 15 février, les forces russes ont envahi le pays, suivies le 23 février par les forces ottomanes. La République socialiste soviétique de Géorgie est proclamée le 25 février 1921. Elle devait durer jusqu'au 15 novembre 1990, lorsque, à la suite d'élections démocratique le soviet de Géorgie proclame la République de Géorgie et déclare son indépendance le 9 avril 1991

L'Assemblée constituante de Géorgie, élue au suffrage direct, égal, universel, secret et proportionnel des citoyens des deux sexes, déclare, à sa première séance du 12 mars 1919, devant le monde et l'histoire, qu'elle adopte intégralement et confirme la Déclaration d'indépendance de la Géorgie, proclamée par le Conseil national géorgien, à Tiflis, le 26 mai 1918, à 5 h.10 de l'après-midi, ainsi conçue :

 Déclaration d'indépendance de la Géorgie

Pendant plusieurs siècles, la Géorgie a existé comme État libre et indépendant.

A la fin du XVIIIe siècle, pressée de tous côtés par des ennemis, la Géorgie s'allia volontairement à la Russie, à condition que la Russie s'engageât à défendre la Géorgie contre ses ennemis extérieurs.

Les événements de la Grande Révolution Russe ont créé une situation intérieure telle que le front de guerre s'est effondré entièrement et que la Transcaucasie a été évacuée par les armées russes.

Abandonnées à leurs propres forces, la Géorgie et avec elle, la Transcaucasie ont pris entre leurs mains le soin et la direction de leurs propres affaires et se sont donnés des organes gouvernementaux appropriés. Mais la pression des forces extérieures a amené la dissolution des liens qui unissait les peuples de la Transcaucasie et l'unité politique de celle-ci s'est effondrée.

La situation présente de la nation géorgienne commande impérieusement à la Géorgie d'avoir sa propre organisation d'État, en vue de prévenir, par ce moyen, la conquête du pays par les forces extérieures et de créer des bases solides pour son développement indépendant.

En conséquence, le Conseil National Géorgien, élu par l'Assemblée Nationale, le 22 novembre 1917, déclare :

1. La nation géorgienne rentre en possession de tous ses droits ; la Géorgie est un État indépendant qui jouit de tous les droits de la souveraineté ;
2. La forme de l'organisation politique de la Géorgie indépendante est la République Démocratique.
3. En cas de conflits internationaux, la Géorgie reste perpétuellement État neutre ;
4. La République Démocratique Géorgienne désire avoir des relations amicales avec tous les membres de la communauté internationale et, en particulier, avec les États et les peuples voisins ;
5. La République démocratique Géorgienne garantit, dans les limites de son territoire, tous les droits civils et politiques, à tous les citoyens également, sans distinction de nationalité, de croyance, d'état social ou de sexe ;
6. La République démocratique Géorgienne ouvre à toutes les nationalités habitant son territoire un champ libre à leur développement ;
7. Jusqu'à la convocation de l'Assemblée constituante, les affaires publiques de toute la Géorgie sont gérées par le Conseil National, avec adjonction des représentants des minorités ethniques, et par le gouvernement provisoire, responsable devant le Conseil National.


Pour obtenir davantage d'informations sur le pays et sur le texte ci-dessus,
voir la fiche Géorgie.

Retour à la liste des constitutions.

©-2013 - Pour toute information complémentaire, pour signaler une erreur, pour correspondre avec nous,
adressez-nous un message électronique.

[ Haut de la page ]
Jean-Pierre Maury