Corée


Traité de protectorat du 17 novembre 1905.


    A la fin du XIXe siècle, le Japon entame une période d'expansion coloniale, marquée notamment par la guerre sino-japonaise qui se termine par le traité de Shimonoséki (17 avril 1895). La Corée, qui payait jusque-là tribut à la Chine, est déclarée formellement indépendante par l'article premier de ce traité. En fait, elle est alors soumise à l'influence japonaise qui s'accroît de jour en jour.
    Dix ans plus tard, le 17 novembre 1905, un traité est signé à Séoul, qui place la Corée sous la protection du Japon. À la suite de la signature, les deux ministres coréens, se jugeant déshonorés, ont procédé à un suicide rituel, bel exemple trop rarement suivi... La Corée deviendra une colonie japonaise le 29 août 1910, et elle le restera jusqu'à la capitulation japonaise en 1945.

Source : Bulletin du Comité de l'Asie française, décembre 1905, p. 484. Traduction d'après la version anglaise publiée par l'agence Reuter.


Les gouvernements du Japon et de Corée, désireux de consolider le principe de solidarité qui unit les deux empires, se sont, en ayant cet objet en vue, entendus sur les stipulations suivantes et les ont conclues pour qu'elles soient en vigueur jusqu'à ce qu'il soit reconnu que la Corée a gagné de la force nationale.

Article premier.

Le gouvernement du Japon, par l'intermédiaire du département des Affaires étrangères à Tokyo, aura désormais le contrôle et la direction des relations extérieures et des affaires de la Corée, et les représentants diplomatiques et consulaires du Japon auront charge des sujets et intérêts de la Corée dans les pays étrangers.

Article 2.

Le gouvernement du Japon s'engage à pourvoir à l'exécution des traités existant actuellement entre la Corée et les autres puissances et le gouvernement de Corée s'engage à ne conclure à l'avenir aucun acte ou engagement ayant un caractère international si ce n'est par l'intermédiaire du gouvernement japonais.

Article 3.

Le gouvernement du Japon sera représenté à la cour de Sa Majesté l'empereur de Corée par un résident général qui résidera à Séoul et devra prendre la charge et la direction de tout ce qui a trait aux affaires diplomatiques. Il aura le droit d'audience privée et personnelle de Sa Majesté l'empereur de Corée. Le gouvernement japonais aura aussi le droit d'établir un résident dans les différents ports ouverts et dans les autres points de la Corée selon qu'il le jugera nécessaire. Ces résidents exerceront sous la direction du résident général désigné les pouvoirs et fonctions appartenant jusqu'à présent aux consuls japonais en Corée, et rempliront les devoirs qui pourront s'imposer pour donner leur plein effet aux dispositions de cet accord.

Article 4.

Les stipulations de tous les traités et arrangements existant entre le Japon et la Corée n'étant pas contraires aux dispositions du présent accord, continueront à être en vigueur.

Article 5.

Le gouvernement du Japon entreprend de maintenir la prospérité et la dignité de la maison impériale de Corée.

En foi de quoi, les soussignés, dûment autorisés par leurs gouvernements, ont signé cet accord et apposé leurs sceaux.

17 novembre 1905.


Pour obtenir davantage d'informations sur le pays et sur le texte ci-dessus,
voir la fiche Corée (RPDC).

©-2011 - Pour toute information complémentaire, pour signaler une erreur, pour correspondre avec nous,
adressez-nous un message électronique.

[ Haut de la page ]
Jean-Pierre Maury