Roumanie

Autonomie de la Moldavie et de la Valachie.

   Le traité d'Andrinople permet à la Moldavie et à la Valachie de devenir des principautés rattachées à l'empire Ottoman par un lien de vassalité, qui se traduit seulement par l'investiture accordée formellement par le Sultan aux hospodars qui les dirigent et par le versement d'un tribut. Une administration autonome est établie avec une législation propre dans chaque principauté ; l'armée turque, chassée par les Russes, doit renoncer à occuper les deux principautés, qui recouvrent les territoires au nord du Danube ; leurs habitants échappent au système des corvées et des fournitures obligatoires au fisc impérial et aux abus qui en étaient la conséquence ; en outre, les musulmans qui s'étaient installés à la faveur de la domination ottomane sont invités à quitter les deux pays. Grâce à l'intervention russe, les deux principautés sans obtenir l'indépendance, comme c'est le cas de la Grèce, obtiennent ainsi des avantages que la Serbie mettra cinquante ans à obtenir et la Bulgarie davantage encore. L'influence russe y restera prédominante jusqu'à la guerre de Crimée, entreprise par la France et la Grande-Bretagne pour empêcher l'extension de l'influence russe à l'ensemble des Balkans.

Source de la traduction, Archives diplomatiques d'Amyot, 1869, t. 2, p. 808.

Texte intégral du traité d'Andrinople entre la Russie et la Porte ottomane.


Traité d'Andrinople, 2/14 septembre 1829.

Traité relatif aux principautés de Moldavie et de Valachie. 

Au nom de Dieu Tout-Puissant.

Les deux hautes puissances contractantes, en confirmant tout ce qui a été stipulé par l'acte séparé de la convention d'Ackerman, relativement au mode d'élection des hospodars de Moldavie et de Valachie, ont reconnu la nécessité de donner à l'administration de ces provinces une base plus stable et plus conforme aux véritables intérêts des deux pays. A cet effet, il a été convenu et réglé définitivement que la durée du gouvernement des hospodars ne serait plus bornée à sept ans, comme par le passé, mais qu'ils seraient dorénavant investis de cette dignité à vie, sauf les cas d'abdication volontaire ou de destitution pour cause de délits, prévus par ledit acte séparé.

Les hospodars règleront librement toutes les affaires intérieures de leurs provinces, en consultant leurs divans respectifs, sans pouvoir porter néanmoins atteinte aux droits garantis aux deux pays par les traités ou par les hatti-chérifs, et ne seront pas troublés dans leur administration intérieure par aucun ordre contraire à ces droits.

La Sublime-Porte promet et s'engage de veiller scrupuleusement à ce que les privilèges accordés à la Moldavie et à la Valachie ne soient d'aucune manière enfreints par ses commandants limitrophes, de ne souffrir aucune ingérence de leur part dans les affaires des deux provinces, et d'empêcher toute incursion des riverains de la rive droite du Danube sur le territoire valaque ou moldave. Seront considérées comme faisant partie intégrante de ce territoire, toutes les îles attenantes à la rive gauche du Danube, et le chenal (thalweg) de ce fleuve formera la limite des deux principautés, depuis son entrée dans les États ottomans jusqu'à son confluent avec le Prout.

Pour mieux assurer l'inviolabilité du territoire moldave et valaque, la Sublime-porte s'engage à ne conserver aucun point fortifié, à ne tolérer aucun établissement quelconque de ses sujets musulmans sur la rive gauche du Danube. En conséquence, il est invariablement arrêté que sur toute cette rive dans la grande et petite Valachie, comme aussi en Moldavie, aucun mahométan ne pourra jamais avoir son domicile et que l'on y admettra les seuls marchands, munis de firmans, qui viendront acheter pour leur propre compte dans les principautés les denrées nécessaires pour la consommation de Constantinople, ou d'autres objets.

Les villes turques situées sur la rive gauche du Danube seront, ainsi que leurs territoires (rajahs), restituées à la Valachie pour être désormais réunies à cette principauté, et les fortifications existantes auparavant sur cette rive ne pourront jamais être rétablies. Les musulmans qui possèdent des biens-fonds non usurpés sur des particuliers, soit dans ces mêmes villes, soit sur tout autre point de la rive gauche du Danube, seront tenus de les vendre aux indigènes dans l'espace de dix-huit mois. 

Le gouvernement des deux principautés, jouissant de tous les privilèges d'une administration intérieure indépendante, pourra établir des cordons sanitaires et des quarantaines le long du Danube et ailleurs dans le pays, où il en sera besoin, sans que les étrangers qui y arrivent, tant musulmans que chrétiens, puissent se dispenser de l'exacte observation des règlements sanitaires. Pour le service des quarantaines, aussi bien que pour veiller à la sûreté des frontières, au maintien du bon ordre des villes et campagnes et à l'exécution des lois et règlements, le gouvernement de chaque principauté pourra entretenir un nombre de gardes armés strictement nécessaire pour ces diverses fonctions. Le nombre et l'entretien de cette milice seront réglés par les hospodars. de concert avec leurs divans respectifs, en se basant sur les anciens exemples. 

La Sublime-Porte animée du  désir sincère de procurer aux deux principautés tout le bien-être dont elles peuvent jouir, et informée des abus et des vexations qui s'y commettent à l'occasion des diverses fournitures exigées pour la consommation de Constantinople, l'approvisionnement des forteresses situées sur le Danube et les besoins de l'arsenal, leur fait un abandon plein et entier de son droit à cet égard. En conséquence, la Moldavie et la Valachie seront pour toujours dispensées de fournir les grains et autres denrées, les moutons et les bois de construction qu'elles étaient tenues de livrer précédemment. 

Il ne sera de même requis de ces provinces, en aucun cas, des ouvriers pour les travaux des forteresses, ni aucune autre corvée de quelque nature que ce soit. Mais afin de dédommager le trésor impérial des pertes que cet abandon total de ses droits pourrait lui faire éprouver, indépendamment du tribut annuel que les deux principautés doivent payer à la Sublime-Porte, sous les dénominations de idiyé et de bekiabiyé (selon la teneur des hatti-chérifs de 1802), la Moldavie et la Valachie paieront chacune annuellement à la Sublime-Porte, par forme de compensation, une somme d'argent dont la quotité sera déterminée ultérieurement d'un commun accord. En outre, à chaque renouvellement des hospodars, par le décès, l'abdication ou la destitution légale des titulaires, la principauté où le cas viendrait à échoir, sera tenue de payer à la Sublime-Porte une somme équivalant au tribut annuel de la province établi par les hatti-chérifs. Ces sommes exceptées, il ne sera jamais exigé du pays ni des hospodars aucun autre tribut redevance ou cadeau, sous quelque prétexte que ce puisse être. 

En vertu de l'abolissement des fournitures ci-dessus spécifiées, les habitants des principautés jouiront de la pleine liberté de commerce pour toutes les productions de leur sol et de leur industrie (stipulées par l'acte séparé de la convention d'Ackerman) sans aucune restriction, hormis celles que les hospodars, de concert avec leurs divans respectifs, jugeront indispensable d'établir, afin d'assurer l'approvisionnement du pays. Ils pourront naviguer librement sur le Danube avec leurs propres bâtiments, munis de passeports de leur gouvernement, et aller commercer dans les autres villes et ports de la Sublime-Porte, sans être molestés par les percepteurs du Karatsch, ni exposés à aucune vexation.

De plus la Sublime-Porte, considérant toutes les calamités que la Moldavie et la Valachie ont eu à supporter, et mue par un sentiment d'humanité tout particulier, consent à exempter les habitants de ces provinces, pour l'espace de deux ans, à compter du jour où les principautés seront évacuées par les troupes russes, du paiement des impôts annuels versés dans son trésor. 

Enfin la Sublime-Porte, désirant assurer de toutes les manières le bien-être futur des deux principautés, s'engage solennellement à confirmer les règlements administratifs qui, durant l'occupation de ces deux provinces par les armées de la cour impériale, ont été faits d'après le voeu exprimé par les assemblées des plus notables habitants du pays, et qui devront à l'avenir servir de bases pour le régime intérieur des deux provinces, en tant bien entendu que lesdits règlements ne porteraient aucunement atteinte aux droits de souveraineté de la Sublime-Porte. 

C'est pourquoi, nous soussignés plénipotentiaires de S. M. L'empereur et padischah de toutes les Russies, de concert avec les plénipotentiaires de la Sublime-Porte ottomane, avons arrêté et réglé à l'égard de la Moldavie et de la Valachie les points ci-dessus, lesquels sont la conséquence de l'article 5 du traité de paix conclu à Andrinople entre nous et les plénipotentiaires ottomans. En conséquence, le présent acte a été rédigé, muni de nos cachets et de nos signatures et délivré entre les mains des plénipotentiaires de la Sublime-Porte.

Fait à Andrinople, le 2/14 septembre 1829.


Pour obtenir davantage d'informations sur le pays et sur le texte ci-dessus,
voir la fiche Roumanie.
©-2010 - Pour toute information complémentaire, pour signaler une erreur, pour correspondre avec nous,
adressez-nous un message électronique.

[ Haut de la page ]
Jean-Pierre Maury