Serbie

Autonomie de la Serbie. Évacuation des forteresses.

   La longue lutte qui permettra à la Serbie d'obtenir l'indépendance à l'issue du traité de Berlin du 13 juillet 1878, commence, en 1804, par le soulèvement dirigé par Karageorge, puis se poursuit par la révolte, en 1813, de Miloch Obrénovitch, qui est reconnu prince de Serbie, grâce aux interventions de la Russie en 1826 et en 1829.
    Après le hatti-chérif du 29 septembre 1829 qui confirmait les engagements du gouvernement ottoman, celui du 3 août 1830 qui précisait les avantages accordés aux Serbes, et le hatti-chérif de novembre 1833 qui réglait deux points essentiels : la délimitation des districts rattachés à la principauté, dont la superficie est portée à 37.000 km2 ; et d'autre part le montant du tribut, la Serbie bénéficiait de l'autonomie interne, mais sa situation demeurait inférieure à celle des principautés de Moldavie et de Valachie, également tributaires, mais évacuées, au même moment, par l'armée turque. Les troupes ottomanes restent à Belgrade et dans les autres villes fortifiées, et leur présence provoque de nombreuse exactions et conflits pendant encore un demi-siècle. Les révoltes serbes et les interventions russes se heurteront régulièrement à l'opposition de l'Angleterre, généralement suivie par la France, pour préserver le statu quo (guerre de Crimée).
    Cependant le bombardement de la ville de Belgrade par les canons de la forteresse turque, les 3, 4 et 5 juin 1862 à la suite d'un incident mineur (un juif avait loué une maison réservée aux musulmans et son expulsion avait provoqué une émeute), avait entraîné des protestations et une intense activité diplomatique. Les représentants des Puissances à Constantinople conviennent alors d'un protocole avec les autorités ottomanes sur la base d'une proposition anglaise. La présence militaire ottomane est limitée à quatre forteresses et des instructions sont données pour éviter de nouveaux incidents. Cinq ans plus tard, les pressions exercées, notamment par la France conduisirent le Sultan à accéder à la demande du prince Michel de lui confier les forteresses ottomanes de Serbie, à la seule condition de la présence du drapeau impérial. Cette évacuation des troupes devait entraîner l'évacuation de la population musulmane qui vivait sous la protection des soldats. Mais le prince Michel était alors assassiné. Sous la régence, une Constitution était promulguée en 1869.
Source : Archives diplomatiques, 1867.

Firman adressé par S. M. I. le Sultan Abdul-Aziz à S. A. S. la prince Michel Obrénovitch III. 

(29 mars/10 avril 1867)

Quand le présent signe sera parvenu, que le prince Michel, qui règne actuellement en Serbie, sache combien grandement j'ai à coeur le maintien et l'accroissement de la sécurité des habitants et de la tranquillité de la Serbie , laquelle forme partie intégrante de mon empire ; en considération de cela, il est nécessaire que les forteresses de Belgrade, Feth-Islam, Smédérévo, Chabatz, soient toujours conservées en bon état et de manière à assurer la sécurité des habitants ; de plus, dans la ferme conviction que toi et en général tout le peuple Serbe, lequel se distingue par sa fidélité et sa loyauté, garderez ces forteresses selon mon désire et les administrerez bien, j'ai trouvé bon maintenant de confier lesdites forteresses à toi et à l'armée serbe, de sorte que le drapeau serbe flotte sur leurs remparts et sur leurs tours à côté du drapeau impérial. Je suis persuadé que toi et le peuple serbe saurez apprécier dignement cette résolution qui est la preuve publique et irrécusable de ma bienveillance envers toi et le peuple serbe ainsi que la confiance que j'ai que le gouvernement serbe s'acquittera exactement de ses obligations envers la cours suzeraine et que vous veillerez avec sollicitude à la conservation de ces forteresses.

En rendant publique cette résolution qui te confie la direction des forteresses de la manière indiquée, j'ajoute que pour apporter quelques changements à ces dernières, le consentement de mon gouvernement devra être préalablement requis.

Le présent ordre est émané et est donné le cinquième jour du mois de zihidjé de l'année 1283 (29 mars/10 avril 1867).


Pour obtenir davantage d'informations sur le pays et sur le texte ci-dessus,
voir la fiche Serbie.
©-2010 - Pour toute information complémentaire, pour signaler une erreur, pour correspondre avec nous,
adressez-nous un message électronique.

[ Haut de la page ]
Jean-Pierre Maury