Union de l'Europe occidentale


Session ministérielle de l'UEO

Communiqué

Paris, le 21 août 1990


  1. Les Ministres des Affaires étrangères et de la Défense de l'UEO se sont réunis le 21 août 1990 pour débattre de la situation provoquée dans le Golfe par l'invasion puis l'annexion du Koweït par l'Irak. Cette réunion s'est tenue en vertu des dispositions du paragraphe 3 de l'article VIII du Traité de l'UEO, de la Déclaration de Rome d'octobre 1984 et de la Plate-forme sur les intérêts européens en matière de sécurité d'octobre 1987, qui prévoient que les pays membres doivent concerter leurs politiques lors de crises survenant hors d'Europe dans la mesure où elles sont susceptibles d'affecter leurs intérêts de sécurité.
  2. Les Ministres des pays membres de l'UEO rappellent leur condamnation sans réserve de l'invasion et de l'annexion du Koweït par l'Irak et appellent ce pays à se soumettre immédiatement et sans condition aux Résolutions 660 et 662 du Conseil de sécurité des Nations unies. Ils réaffirment leur ferme détermination à continuer de prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre en oeuvre l'embargo déclaré à l'encontre de l'Irak par le Conseil de sécurité des Nations unies dans la Résolution 661 et pour le rendre efficace. Ils font appel au Conseil de sécurité pour qu'il prenne à cet effet toute mesure supplémentaire utile.
  3. Les Ministres déclarent que la détermination dont leurs pays entendent faire preuve dans la défense du droit vise exclusivement à mettre fin à l'agression et à ses conséquences. L'action qu'ils ont engagée tend à obtenir le respect des principes qui, s'imposant dans les relations entre les Etats, concernent l'ensemble de la communauté internationale et assurent la sauvegarde de tous ses membres.
  4. Face à une situation qui met en cause, au premier chef, les Etats arabes, les Ministres soulignent la solidarité qui lie leurs pays au monde arabe et leur volonté d'appuyer ses efforts pour rechercher une solution en son sein qui respecte les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies, conformément à la coopération et au dialogue qu'ils entretiennent avec lui.
  5. Les Ministres expriment leur vive inquiétude et leur indignation devant les atteintes à la liberté de circulation des ressortissants des pays membres et devant le traitement inhumain infligé à certains d'entre eux ; ils mettent en garde l'Irak contre les graves conséquences que ne manquerait pas d'avoir toute atteinte à la sécurité de ceux-ci. Ils réitèrent leur appui à la Résolution 664 du Conseil de sécurité et exigent que l'Irak s'y soumette sans délai.
  6. Ils soulignent que les pays membres de l'UEO, prenant en considération les intérêts vitaux que constituent pour l'Europe la stabilité, l'intégrité territoriale et la souveraineté des Etats de la région, entendent contribuer à renforcer encore la solidarité internationale sans précédent qui s'est manifestée depuis l'agression et a abouti à une action efficace du Conseil de sécurité des Nations unies. Les pays souffrant des conséquences économiques résultant de cette action méritent leur solidarité.
  7. Les Ministres se félicitent des mesures actuellement prises par les Etats membres pour appuyer la Résolution 661 du Conseil de sécurité des Nations unies et pour répondre aux demandes d'assistance d'Etats de la région du Golfe dans le but d'obliger l'Irak à retirer ses troupes du territoire koweïtien sans condition et de restaurer la souveraineté koweïtienne.
  8. Ils décident de coordonner étroitement leurs opérations dans la région visant à mettre en oeuvre et à faire respecter les mesures mentionnées au paragraphe 7 et toute autres mesures susceptibles d'être décidées par le Conseil de sécurité, en veillant également, d'un commun accord, à la protection de leurs forces. En s'appuyant sur l'expérience acquise, y compris les modalités de consultation au cours des opérations menées dans le Golfe en 1987 et 1988, ils chargent un groupe ad hoc de représentants des Ministères des Affaires étrangères et de la Défense d'assurer la coordination la plus efficace dans les capitales et dans la région. Cette coordination devra couvrir, entre autres, les concepts opérationnels d'ensemble et les directives spécifiques de coordination des forces dans la région, des tâches, le soutien logistique et l'échange de renseignements. Des points de contact sont désignés dans les Ministères de la Défense pour faciliter la coopération d'ordre pratique et technique, ainsi que dans l'immédiat pour préparer une réunion des Chefs d'Etat-major qui se tiendra dans les tout prochains jours.
  9. Les Ministres soulignent que la coordination au sein de l'UEO devrait par ailleurs faciliter la coopération avec d'autres pays qui déploient des forces dans la région et notamment celles des Etats-Unis d'Amérique.

  10. La Présidence en exercice du Conseil informera le Secrétaire général des Nations unies des résultats de cette réunion.

©-2002 - Pour toute information complémentaire, pour signaler une erreur, pour correspondre avec nous,
adressez-nous un message électronique.

[ Haut de la page ]
Jean-Pierre Maury