Union de l'Europe occidentale


Réunion des chefs d'état-major de l'UEO

Relevé des conclusions de la Présidence

Paris, 10 avril 1991

     
    1. - Au cours de leur réunion du 10 avril les chefs d'état-major des armées des Etats membres de l'UEO ont, à la lumière des enseignements qui peuvent être tirés de la crise du Golfe, procédé à une évaluation des risques hors d'Europe au cours de la prochaine décennie et des aspects militaires d'une politique européenne ainsi qu'à un examen des risques et de l'évolution de la stratégie en Europe.

    2.  

       
       
       

      A l'issue de cette réunion, les conclusions et recommandations ci-dessous ont été dégagées et sont transmises au conseil de l'UEO en session ministérielle:

    3. - Les chefs d'état-major se sont félicités de ces échanges de vues informels. Il apparait souhaitable que soit envisagée au titre de nouveaux arrangements susceptibles d'être décidés au sein de l'UEO la possibilité de les renouveler afin de permettre d'évoquer les principales affaires en cours d'intérêt commun en matière de défense et de sécurité, d'apprécier le résultat des actions de coopération engagées au niveau de l'UEO sur le plan militaire et d'avancer de nouvelles propositions dans ce domaine.

    4.  

       
       
       

      L'organisation de réunions du même type au niveau des chefs d'état-major d'armée pourrait également être envisagée.

    5. - Les chefs d'état-major ont marqué leur satisfaction pour la façon dont une coopération militaire entre les pays membres de l'UEO a pu se développer tout au long de la crise du Golfe entre les forces navales et sur le plan logistique.

    6.  

       
       
       

      Ils ont recommandé de rnaintenir vivant le réseau des "Points de contact Marine" mis en place à cette occasion de façon à assurer une coordination navale pouvant faciliter une réalisation rapide de nouvelles actions communes.

      Ils ont estimé qu'il devrait en aller de même du réseau des "points de contact militaires". Ces "points de contact militaires" pourraient être chargés d'élaborer une procédure d'information systématique sur les besoins et les disponibilités en matière logistique, de procéder à des échanges d'informations techniques et le cas échéant de proposer et d'organiser des exercices communs.

      Les chefs d'état-major ont cependant relevé que l'absence d'un système de transmissions spécifique reliant entre eux les états-majors des armées des états membres de l'UEO a fait défaut et ont recommandé la mise en place des liaisons appropriées (télécopieurs chiffrés). Ils ont suggéré que le Groupe des représentants de la Défense de l'UE0 se penche sur cette question.

    7. - L'intérêt d'une étude sur la question des transports militaires stratégiques a été souligné. Le Groupe des représentants de la Défense de l'UEO pourrait être chargé d'effectuer cette étude avec le concours des experts appropriés.
    8. - Le conflit irakien a souligné l'importance du renseignement d'origine spatiale dans la gestion des crises. De ce fait, il est important que les pays européens qui le souhaitent disposent de moyens propres d'information et qu'ils puissent se doter d'un système autonome commun d'observation stratégique par satellite.

    9.  

       
       
       

      L'intérêt de pouvoir disposer de données satellitaires a également été rappelé à propos de la vérification des accords de désarmement et notamment de l'accord sur la réduction des forces conventionnelles en Europe. Les chefs d'état-major ont relevé avec satisfaction les progrès enregistrés au sein du groupe Espace de l'UEO sur la création d'un centre UEO de formation d'interprètes et d'interprétation de données satellitaires.

    10. - L'intérêt que présentent des analyses régulières de situation dans les zones de tensions a été révélé. Les groupes appropriés de l'UEO (groupe des représentants de la Défense et groupe Méditerranée) pourraient être utilisés à cet effet.
    11. - Les chefs d'état-major ont souligné l'importance de nouvelles menaces notamment de type balistique. Une réflexion pourrait être engagée au sein de l'UEO sur la possibilité pour les pays membres de disposer de moyens propres à même de contrer ces menaces, cette réflexion .s'ajoutant à celle d'ores et déjà engagée sur le problème de la non prolifération,
    12. - Les chefs d'état-major ont également insisté sur l'importance de l'interopérabilité en matière d'armements et de transmissions en vue de faciliter la coopération européenne en matière d'armement, il pourrait être utile de développer les échanges de vues de nature technico-militaire sur les besoins opérationnels à long terme et les solutions susceptibles d'être apportées en matière d'armement.
    13. - Il pourrait être souhaitable d'intensifier les relations entre les officiers des pays membres de l'UEO notamment par le développement d'échanges d'officiers et de petites unités.
    14. - Dans la mesure où le contenu opérationnel de la concertation au sein de l'UEO serait appelé à se développer, les chefs d'état--major considèrent qu'il conviendrait de créer au sein du secrétariat de l'UEO une cellule militaire permanente chargée du suivi de ce type d'activités.


    II. - Les Chefs d'état-major des armées ont également procédé à un échange de vues sur les aspects militaires des contributions apportées par les pays de l'UEO à la mise en oeuvre des résolutions 687 et 688 du Conseil de Sécurité. Ils ont constaté que de nombreuses activités touchant à ce domaine étaient en cours. Les discussions des chefs d'état-major des armées ont été basées sur le relevé de conclusions de la réunion du groupe de travail Ad Hoc du 9 avril, dont les termes ont été approuvés.
     

    1. Les possibilités des états membres de répondre aux besoins logistiques (matériels d'aérolargage, hélicoptères de grosse capacité) seront communiquées dans les meilleurs délais par l'intermédiaire des points de contacts militaires. D'ores et déjà un certain nombre d'états membres ont fait état de disponibilités dans ce domaine.

    2.  

       
       
       

      Les points de contacts militaires examineront également les possibilités d'une coopération plus étendue. Les C.E.M.As ont souligné la nécessité d'examiner les conditions de la coopération sur le terrain.

    3. Concernant la neutralisation des armements irakiens, les participants ont fait état de leur intention d'apporter une contribution notamment en proposant des experts susceptibles de participer à la commission spéciale et/ou aux équipes techniques qui seront déployées sur le terrain par les Nations-Unies.

    4. Au sujet de la présence navale des pays de l'UEO dans le Golfe pour le contrôle naval de l'embargo et les opérations de déminage, nous avons marqué notre satisfaction sur la coopération qui a été mise en place entre les pays de l'UEO et notre souci de la voir se poursuivre. Il conviendra de procéder en tant que besoin à une mise à jour de nos moyens et de nos directives.

©-2002 - Pour toute information complémentaire, pour signaler une erreur, pour correspondre avec nous,
adressez-nous un message électronique.

[ Haut de la page ]
Jean-Pierre Maury